Les prospectives de la branche des services de l’automobile

, par Antoine Matignon

Le parc des véhicules français représente 47,9 Millions de véhicules

Les véhicules légers représentent 78% du parc. Depuis trois ans leur nombre s’est stabilisé après 6 années de croissance (environ 5%). L’âge moyen du parc des véhicules légers est de 10,2 ans. La répartition du parc est favorable aux motorisations diesel 59% contre 39% pour les motorisations essences. Ce déséquilibre est favorable aux métiers de l’après-vente car l’entretien d’un véhicule diesel est 10% plus important qu’une motorisation essence.

A contrario, les dépenses en entretien d’un véhicule avec une motorisation électrique batterie est 50% moins important qu’une motorisation thermique.

La professionnalisation de la vente de véhicules d’occasion (VO) augmente significativement ces dernières années. La construction, par les groupes des constructeurs historiques, d’usines de reconditionnement VO est une tendance forte qui génère de l’emploi.

Les différents scénarios

d’après l’observatoire de la branche des services de le l’automobile.

Dans le cadre d’un exercice prospectif, il est nécessaire de faire des hypothèses. La méthode retenue par le cabinet Futuribles est d’interroger chaque variable suivant :
 La nature de son évolution passée,
 La nature de son évolution tendancielle,
 La nature des inflexions ou ruptures qui peuvent contrecarrer l’évolution actuelle.
Trois scénarios sont envisagés :

Les répercutions sur l’emploi à l’horizon 2030

Il émerge des études de l’observatoire de l’ANFA deux phénomènes sur le parc à l’horizon 2030 :
1. Un vieillissement du parc diesel, ce qui va favoriser les mécaniciens réparateurs automobiles (MRA).
2. La croissance du parc électrique essentiellement entretenu par les réseaux de marque qui risque d’influer négativement sur leur chiffre d’affaire.

« Une partie des emplois directement affectée par le changement de motorisation serait inéluctablement amenée à disparaître à situation constante dans la mesure où le véhicule électrique batterie engendre une diminution des activités techniques d’après-vente. »

Toutefois, il est important de noter que la branche des services de l’automobile va connaitre un fort taux de départs à la retraite dans les dix prochaines années pour atteindre environ 26 % des effectifs.

Le graphique ci-dessous nous indique, en fonction du scénario retenu, que les besoins à l’horizon 2030 vont être compris entre 8500 jeunes à former et 12 500 jeunes.
Le nombre de départs en retraite est globalement constant, de même que les départs vers d’autres secteurs d’activités.

Impacts des changements de motorisations :

Pour aller en savoir plus.

La formation

Mécaniciens et techniciens : véhicules particuliers
L’observatoire des métiers des services de l’automobile dans son numéro Autofocus 90 nous indique que 25% des jeunes seront recrutés au niveau technicien et 50 % au niveau ouvrier qualifier.

Pour aller plus loin

Poster de la branche des services de l’automobile 2021

Focus sur la région île de France

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)