Projet de Chef-d’œuvre « Coupé / décalé » exposé au musée des Arts et Métiers Lycée Château d’Epluche - Saint Ouen L’Aumône

, par Arnaud Zalc

Naissance du projet :

Ce projet inter-académique, est né de la volonté du musée des arts et métiers de travailler en collaboration avec les filières des lycées professionnels. C’est dans le courant de l’année scolaire 2020/2021, que par l’intermédiaire d’Emmanuelle BOUAZIZ (Professeur d’arts Appliqués) que le Lycée château d’Epluches a été retenu par le musée. Le lycée été déjà connu du musée pour une ancienne réalisation exposée, le : « Scarabée d’or ».
Ce projet a bénéficié du financement de la région Île-de-France.

Visite des élèves au Musée :

Dans le cadre de la transformation de la voie professionnelle et de la réalisation d’un chef-d’œuvre, le musée des Arts et métiers voulait redonner vie à ses collections en y associant des lycéens.
Les élèves de la classe de première Baccalauréat Professionnel « 1BACC Réparation des carrosseries » du Lycée château d’Epluches a été invitée au musée. Sur place, parmi les pièces présélectionnées par le musée, les élèves devaient choisir une œuvre. Le choix s’est arrêté sur la Citroën C6G présentée dans l’église du musée. C’était un modèle publicitaire destiné à montrer la technicité des organes mécaniques de l’époque.

Citroën C6G
Citroën C6G

Réflexion, imagination et projection… :

L’œuvre retenue par les élèves à été cette Citroën C6G en coupe, et il faut reconnaitre que cela est assez spectaculaire. Le thème proposé par le musée pour réinventer les objets était le mouvement. En collaboration avec un intervenant extérieur (Alexandre Echasseriau). Guidés et accompagnés par leur professeur d’Arts Appliqués (Benoit FLIS) et leurs professeurs d’atelier (Cédric AUBIN et Gilles PEYRE). Les élèves ont eux l’idées d’une mise en scène d’un accident surréaliste. La collision d’une Citroën C2 avec un obstacle qui n’aurait provoqué aucune déformation. Aucuns plis. Mais une coupe longitudinale extrêmement nette laissant entrevoir les détails techniques du véhicule.

De la conception à la réalisation :

Cette réalisation a permis aux élèves d’appréhender les multiples facettes de la gestion d’un projet. La nécessité de planifier dans le temps l’intervention des différents acteurs. Qui fait quoi, à quel moment, de quelle manière et pourquoi ?

Ils ont pu travailler de manière pluridisciplinaire avec leur professeur d’Arts Appliqués et de Lettre-Histoire sur le nom de leur œuvre, les courants et références artistiques.

À travers leur réalisation, ils ont pu aborder une grande parties des compétences de leur référentiel (Dépose/repose, réglage d’éléments, notion de chassimétrie/métrologie, angles de trains roulants, soudage, préparation des fonds, mise en peinture etc…). Et excepté sur un véhicule client, pouvoir valoriser leur réalisation, en l’exposant.



Pluridisciplinarité :

Les élèves ont pu travailler avec leurs professeurs d’arts appliqués et Lettre-Histoire sur la présentation de leur projet.
En voilà quelques lignes :

Un accident peut être heureux. Un accident peut générer une création, provoquer une rencontre qui durera une vie ou produire une grande avancée humaine…
Dans l’univers automobile l’accident est anxiogène : il est ce qui doit être absolument évité et les progrès de la sécurité passive et active en sont une illustration. Un accident automobile peut être provoqué par un obstacle, le sommeil ou le téléphone portable, ce poison contemporain.

La classe de 1 BAC C du Lycée Professionnel du Château d’Epluches a imaginé un autre type d’accident.
A l’obstacle qui se dresse, leur véhicule après l’impact, se coupe littéralement en deux, de la manière la plus parfaite qui soit : sans heurt, sans accroc, sans choc apparent. C’est comme si cette Citroën C2 avec été découpée par le couteau d’un géant farceur. Ce visuel surréaliste pourrait avoir été peint par Dali sans la mollesse ou imaginé par le mexicain Gabriel Orozco et sa DS réduite à l’individualité.

L’humour fait ici image. Cette image étonnante et spectaculaire, les élèves de Carrosserie l’ont voulue après une visite au Musée des Arts et Métiers. Car le dernier C de 1BACC indique la spécialité professionnelle de cette classe : la carrosserie. Qu’est-ce qu’être carrossier ? C’est être un artisan qui, à la manière d’un grand couturier, va travailler le froissé pour toucher le lisse. C’est un maniaque de la courbe ; un chasseur/tueur de plis ; un obsédé du poli et du brillant ; une main caressante et un regard expert qui cherchent l’harmonie.

Les élèves ont donc travaillé une année scolaire avec leurs enseignants Gilles Peyre et Cédric Aubin — avec l’aide d’Alexandre Echassériau, designer — à mettre en œuvre cette vision née suite à un exercice collectif de créativité. Ils ont démonté le véhicule ; appris sa mécanique ; les fonctions des pièces qu’ils retiraient ; ils ont fait face aux imprévus ; résolu des problèmes d’organisation ; ils ont peint, poli, passé un apprêt et ils ont surtout cru en leur projet. Un collectif s’est créé grâce à l’énergie et la volonté de leurs professeurs. Ce collectif, les élèves de 1BAC C et leurs enseignants, tient ici à remercier le Musée des Arts et Métiers qui leur a permis de vivre cette expérience et plus particulièrement Manon Hoarau, Aude Giganon, Anaïs Raynaud et Alexandre Echassériau. Ils tiennent aussi à saluer Emmanuelle Bouaziz, leur ancienne professeur d’Arts Appliqués à l’initiative de cette collaboration.


Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)